Édition 2008

Colloque international de l’ACSALF

Montréal, 21, 22, 23 et 24 octobre 2008
Université de Montréal, Pavillon Lionel-Groulx

À tous ceux et celles qui s’interrogent sur l’état de la critique sociale aujourd’hui

Le colloque « Mutations, obstacles et tremplins à la critique sociale.  Un dialogue nord-sud des Amériques » s’est tenu les 21, 22, 23, 24 octobre 2008 à l’Université de Montréal.  Il était organisé par l’ACSALF en collaboration avec les départements de sociologie et d’anthropologie.

Les deux axes structurant les échanges étaient : 1) une anthropologie et une sociologie des formes de critique sociale au Québec, au Canada et dans les sociétés sud-américaines et 2) l’esprit critique et sa transmission en anthropologie et en sociologie.

L’originalité de l’événement était de réunir à la fois des tenants de la critique sociale de différents milieux sociaux au Québec, des artistes qui regardent et questionnent notre monde, et des sociologues et des anthropologues des Amériques. À cet égard, nos collègues invités sud-américains nous ont proposé leur analyse des profondes transformations actuelles de leurs sociétés et du rôle de la critique sociale dans celles-ci.

Le but du colloque était d’explorer l’état présent actuel de l’engagement et la critique sociale dans divers domaines : économie et développement, écologie et environnement, rapport de sexes et mouvement des femmes, syndicalisme et travail, éducation, etc., et aussi de susciter des échanges et des réflexions sur ce qui peut apparaître comme étant aujourd’hui une fragmentation de la critique sociale dans des formes, des intérêts et des domaines spécifiques de la vie sociale. Cette fragmentation demande à repenser les modalités des apprentissages sociaux possibles d’un domaine à l’autre de la critique sociale.